get in touch :
hi.clementine.rocheron@gmail.com
+33 (0)7 66 51 29 05

OU HABITES-TU ?

J’ai vécu à Nantes jusqu’à mes 22 ans. J’ai habité 4 ans à Shanghai en Chine et je suis maintenant de retour dans le sud de la France depuis 1 an.

WHERE ARE YOU FROM ?

I lived in Nantes, France until my 22yo. Then, I lived in Shanghai, China for 4 years and I move back to South France since 1 year ago.

QUELLES ÉTUDES AS-TU FAITES?

J’ai obtenue un bachelor en design d’espace à L’école de Design Nantes Atlantique, j’y ai appris à maîtriser les logiciels et construire ma propre méthodologie. J’ai poursuivie à Shanghai où j’ai obtenue une maîtrise en design transculturel (anthropologie, études du design au travers de différentes cultures). Cette quatrième année était très théorique et peu créative alors que j’avais un grand besoin d’expression, cependant j’ai adoré les cours d’anthropologie, j’y ai appris beaucoup. J’ai également rédigé un mémoire en 3 tomes sur L’acclimatation des étrangers à Shanghai où j’ai obtenue la note finale de 19.25/20. J’ai adoré faire ce travail d’écriture et la conception créative des tomes, il relate également mes métaphores, réflexions et expériences en Chine.

WHAT DID YOU STUDY?

I obtained a bachelor’s degree in space design at L’École de Design Nantes Atlantique, I learned how to master softwares and build my own methodology. I flew to Shanghai where I obtained a master’s degree in transcultural design (anthropology and studies of design through different cultures). This fourth year was theory oriented and not very creative, and I had a great need for expression, however I loved anthropology courses. I also wrote a dissertation in 3 volumes on The acclimatization of foreigners in Shanghai where I obtained the final grade of 19.25 / 20. I loved doing this writing work and the creative conception of the volumes, it also relates my reflections and experiences in China.

COMMENT AS-TU PRIS LA DECISION DE DEVENIR DESIGNER INDEPENDANT ?

Il y a tellement à dire de ce sujet que je ne peux pas tout écrire ici. Je veux faire l’expérience de l’indépendance au sens où je créée en alignement avec mes valeurs, j’inspire et j’aide personnellement les autres à exprimer leur idée. Pendant l’obtention de mon diplôme, tout s’est fait de manière fluide, j’ai été rapidement embauché dans une agence. J’étais la plus jeune, il n’y avait presque que des hommes chinois au début. J’étais sérieuse, je restais faire des heures, je remplissais mon rôle. Cela prenait une grande place dans mon quotidien, en plus de l’adaptation et également en termes d’horaires (40 à 50h/semaine avec 10 jours de vacances par an). Le travail ne me faisait pas peur mais l’énergie descendait au fil des mois. Je commençais à me sentir décalé avec le sens des projets. Plus je découvrais la culture chinoise, plus je me questionnais sur les besoins des gens de ce pays et notre monde. À qui cela apporte de la valeur ? Suis-je alignée avec ce genre de consommation? Et mon expression créative? Suis-je alignée avec l’état d’esprit collègues ? Autour de moi à mon travail, personne ne posait de question. Je me rendais à la conclusion que mon temps, mon énergie psychique et créative partait dans ce travail. Pourtant, je pouvais offrir beaucoup plus de valeur créative, je le sentais avec une telle intensité que cela a pris une grande place dans ma vie. J’attendais la fin du travail pour réfléchir, écrire, créer et faire des choses qui me stimulaient. Cette période de questionnement n’était pas facile car j’aimais cette entreprise, mes collègues et ma vie à Shanghai. J’ai décidé de laisser la sécurité de l’argent et le statut pour continuer mon chemin vers un autre type d’indépendance. J’ai cependant énormément de gratitude pour cette expérience. Je suis rentrée en France où pendant 2,3 mois je cherchais des entreprises pour postuler, mais je ne trouvais rien qui m’enthousiasmais. Au contraire, cela me vidait de mon énergie, car je ne trouvais pas cet alignement et je commençais à devenir anxieuse pour mon avenir. J’ai donc pensé à inventer mon travail moi-même, mais je n’avais pas assez confiance pour penser que je pouvais gagner de l’argent moi-même et non par le biais d’une entreprise. Avec du recul, mes peurs et croyances étaient infondées. Tel que raconté plus haut, après quelques mois, j’ai lâché prise mentalement (grâce à plusieurs livres et quelques rencontres sur mon chemin). Tout a commencé à s’aligner et les possibilités et projets qui me fesaient vibrer sont librement venus à moi. J’ai démarré mon statut et les projets sont arrivés. Je suis très reconnaissante chaque jour pour ce qu’on m’offre, que l’on me fasse confiance et pour l’énergie et la créativité que j’offre aux autres.

HOW DID YOU MAKE THE DECISION TO BECAME DESIGN FREELANCE ?

There is so much to say about this subject that I cannot write everything here. I want to experience independence in the sense that I create in alignment with my values, I inspire and personally help others to express their idea. During my graduation, everything was smooth, I was quickly hired in an agency. I was the youngest, there were almost only Chinese men at the beginning. I was serious, I stayed for hours, I fulfilled my role. It took up a lot of space in my daily life, in addition to adaptation and also in terms of hours (40 to 50 hours / week with 10 days of vacation per year). I was not afraid working, but the energy went down over the months. I was starting to feel inconfortable with the sense of the projects. The more I discovered Chinese culture, the more I wondered about the needs of the people of this country and our world. To whom does all this add value? Am I aligned with this kind of consumption? What about my creative expression? Am I aligned with my colleagues’ state of mind? At work, no one asked questions. I came to the conclusion that my time, my psychic and creative energy was going into this work. However, I could offer much more creative value, I felt it with such intensity that it took up a big place in my life. I was waiting for the end of work to think, write, create and do things that stimulated me. This period of questioning was not easy because I loved this company, my colleagues and my life in Shanghai. I decided to leave the security of money and status to continue my path to another type of independence. However, I am very grateful for this experience. I returned to France where for 2.3 months I was looking for companies to apply, but I found nothing that excited me. On the contrary, it drained my energy, because I couldn’t find this alignment and I started to become anxious for my future. So I thought about creating my own work, but I didn’t have enough confidence to think that I could make money on my own and not through a company. Looking back, my fears and beliefs were unfounded. As mentioned above, after a few months, I let go mentally (thanks to several books and a few people on my way). It all started to align and the possibilities and projects that made me vibrate freely came to me. I started my status and other opportunities came. I am very grateful every day for what I am offered, for being trusted and for the energy and creativity I offer to others.

QUELS SONT TES CONSEILS POUR LES CRÉATIFS ?

1- Fais ce que tu aimes, tu le feras beaucoup mieux, tu apporteras beaucoup plus de valeur, car tu seras aligné, travaille beaucoup ET intelligemment. Si tu fais ce que tu aimes, tu auras toujours l’énergie pour travailler.

2-  Imagine toi dans la peau de celui qui reçoit le design. Celui qui apporte plus de valeur parmi tous les autres est celui qui gagne, se demander comment apporter toujours plus de valeur est essentiel.

3- Gardes en tête pourquoi tu crées ce que tu crées, pourquoi tu offres cela. Lorsque le pourquoi est là, c’est plus facile de terminer les choses et d’être endurant.

WHAT IS YOUR ADVICES FOR CREATIVES ?

1- Do what you love, you will do it much better, you will bring much more value because you will be aligned, work a lot AND smartly. If you do what you love, you will always get the energy to work a lot and smartly.

2- Imagine yourself in the shoes of the one who receives the design. The one who brings more value among all the others is the one who wins, wondering how to always bring more value is essential.

3- Keep in mind why you create what you create, why you offer that. When the « why » is there, it’s easier to finish things and be an enduring person.

QUEL MATÉRIEL UTILISES-TU ?

J’utilise un ipad pro 10.5 pouces à 32GB avec l’Apple Pen 1 (j’utilise énormément Procreate pour dessiner), un carnet de note, un carnet de croquis avec des pages blanches et un bon feutre noir médium. Sur mon ordinateur je travaille souvent sur Illustrator pour tout ce qui est vectoriel, Photoshop pour des retouches précises, Premiere pro pour les montages vidéos, et Indesign pour l’édition.

WHAT MATERIALS DO YOU USE?

I use an Ipad pro 10.5 inches 32GB with the Apple pen 1 (I am using Procreate app a lot) a notebook and a white page sketchbook and a good medium black pen. On my computer, I work a lot on Illustrator for vectorial needs. Photoshop for modifications, Premiere Pro for video montage and InDesign for edition.

QUEL EST LA PARTIE LA PLUS CHALLENGEANTE DU METIER DE DESIGNER INDÉPENDANT ?

Selon moi, le plus challengeant est de lâcher-prise pleinement, faire confiance et se mettre dans un état de conscience où tout est simple et fluide. La peur de l’inconnu est là car cette fois, ce n’est pas une entreprise pour laquelle tu travailles qui va faire tourner la machine, trouver des clients, faire les devis et facture, la communication du travail, la comptabilité, l’organisation, c’est ta pleine responsabilité. Ce qu’il faut comprendre, c’est que la peur bloque le flux . À chaque fois que j’ai lâché mes peurs, j’ai posé mes intentions, laissé aller et tout s’est aligné. Les bons clients étaient là, la partie technique est devenue plus familière. Si tu penses que c’est difficile, alors ça sera ta réalité. Si tu penses que tout vas parfaitement bien aller alors c’est ta réalité, on est maître de notre réalité donc je choisis la mienne avec le bon mindset. Et c’est ma responsabilité. Le challenge pour moi aussi, c’est qu’être designer indépendant n’est pas juste mon métier, c’est un état d’esprit qui se travaille et je suis convaincue que c’est le chemin que je dois réaliser dans ma vie pour me réaliser ici (bien que je ne sois pas contre le salariat, par exemple pour augmenter le capital de son entreprise).

WHAT IS THE MOST CHALLENGING PART OF BEING A FREELANCE DESIGNER ?

In my opinion, the most challenging is to let go fully, trust and put yourself in a state of consciousness where everything is simple and fluid. The fear of the unknown is here at the beginning because this time, it is not a company for which you work that will run, find customers, make quotes and invoices, work communication, accounting, organization is your full responsibility. What you have to understand is that fear blocks the flow. Whenever I let go of my fears, I set my intentions, trust, let go and everything was aligned. The good customers were there, the technical part became more familiar. If you think it’s hard, then it will be your reality. If you think that everything is going perfectly well then this is your reality, on is master of our reality so I choose mine with the right frame of mind. And it is my responsibility. The challenge for me, too, is that being an independent designer is not just my job, it is a state of mind that works and I am convinced that this is the path that I must achieve in my life. for me to realize here (although I am not against being a salary, for example to increase the capital of the business).

QUELLE EST LA PARTIE LA PLUS GRATIFIANTE DU MÉTIER DE DESIGNER INDÉPENDANT ?

C’est gratifiant de voir qu’un client est satisfait ou que mes illustrations plaisent. Je suis fière de moi lorsque je me dis que je n’ai pas choisis le chemin de la facilité, mais celui du coeur et que je gère des choses qui me semblaient auparavant hors de ma portée. Quitter sa zone de confort pour l’agrandir est gratifiant. Être alignée et s’endormir le soir en sachant qu’on est sur le bon chemin l’est également.

WHAT IS THE MOST FULFILING PART OF BEING A FREELANCE DESIGNER ?

It’s very rewarding to see that a customer is satisfied or that my illustrations are appealing to people. I am proud when I tell myself that I have not chosen the easiest path but the one of my heart and that I manage things that previously seemed out of my reach. Leaving your comfort zone to make it bigger is rewarding. Be aligned and falling asleep at night knowing you are on the right track is rewarding too.

QUEL EST TON PROCÉDÉ ARTISTIQUE ?

1- Je commence toujours par une phase de recherche visuelle, des croquis très rapides, quels éléments à mettre en valeur, quelle teinte de couleur choisir. Ensuite je pense à comment faire pour donner à ce travail une valeur ajoutée importante.

2- Je commence très souvent sans brouillon élaboré, mais avec les croquis. Lorsque le gros du travail est fait, j’ajuste les couleurs, les textures et je laisse le travail de côté (selon le temps à disposition) pour avoir un œil plus neuf ensuite, voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

3- J’avance jusqu’à ce que je sois satisfaite du résultat. Parfois, cela arrive très rapidement et c’est très satisfaisant. Parfois ça bloque et je prends du temps pour modifier, mais avec l’expérience, cela arrive moins. Je cherche à ce que le travail ait de la valeur, mais je ne prends pas trop la tête. Il faut laisser aller le flow l’intuition créative, c’est aussi qui donne de bons résultats, selon moi.

WHAT IS YOUR ARTISTIC PROCESS ?

1- I always start with a visual research phase and a few very quick sketches, what elements to highlight, what shade of color to choose. Then I think about how to give this work a significant added value.

2- I start very often without an elaborate draft, but with the sketches. When the global work is done, I adjust colors, textures and I leave the work aside (depending on time). I take a new look later and see what works and what doesn’t.

3- I keep drawing until I am satisfied with the result. Sometimes it happens very quickly and it’s very satisfying. Sometimes it take time to modify, but with experience, it happens less and less. I seek a great value into the work but I do not take myself too seriously. It is necessary to let go for the creative intuition, it is also which gives good results in my opinion.

A QUOI RESSEMBLE UNE JOURNÉE DE TRAVAIL ?

Il y a des journées où je ne fais que de la création du matin au soir, des journées de gestion administrative et d’organisation. Je commence vers 9h à regarder si j’ai des mails importants, puis je regarde ma liste. J’ai trois priorités dans la journée, je commence par celle qui me fait le plus envie sauf s’il y a une priorité urgente. Se concentrer sur ce qu’on aime facilite le tâche. Si c’est long et que je me déconcentre, je passe à une autre priorité, puis je reprends l’autre lorsque l’énergie revient, ainsi je procrastine peu. Je fais une pause de 30 minutes le lunch et je reprends. L’après-midi, je fais une bonne pause d’une heure ou deux. Je travaille mieux le soir que le matin, certains soirs j’arrête vers 20h. D’autres soirs je travaille après minuit, car le flow créatif est là. Parfois, je me couche vers 21h pour bien récupérer. Je suis une bosseuse, mais je travaille à utiliser mon temps de façon intelligente et sage, c’est à dire pas pour n’importe quoi ou n’importe qui, car on pourrait ne jamais en finir. 🙂

WHAT DOES A WORKING DAY LOOK LIKE ?

There are days I only do creation from morning to night, days of administrative management and organization. I start around 9am to check if I have important emails and then I look at my list. I have 3 priorities during the day, I start with the one I like the most, unless there is an urgent priority. Focusing on what you like makes it easy. If it takes a long time and I become distracted, I move on to another priority, then I come back on the other one. , so I don’t procrastinate that much. I take a 30-minute break for lunch. In the afternoon, I take a good break of an hour or two. I work better in the evening than in the morning, some evenings I stop around 8 p.m. Other nights I work after midnight because the creative flow is there. Sometimes, I go to bed around 9 p.m. to recover well. I am a hard worker but I work on using my time wisely. By that, I mean not for anything or anyone, otherwise it could be endless.

Tu as une autre question ? / Do you have another question ?

Copyright © 2020 Clémentine Rocheron, All rights reserved.